Sélectionner une page

Depuis plusieurs semaines, je lis des articles très poignants, de vérité et de vécu. Par exemple, Patricia parle sur son blog de 3 électrochocs qui ont changé sa vie, Jean nous explique pourquoi l’Amour est plus fort que tout, … C’est Jean-Yves, de Potion de Vie, qui a lancé cette thématique qui invite les blogueurs à partager leur vécu personnel au travers de ‘3 tournants de notre vie’.

Amies faisant une danse thaïlandaise Amies thaïlandaises dans un film de promotion touristique

Il n’est pas si facile de diffuser à tout public sa vie privée, mais je trouve l’exercice très intéressant. Il faut l’avouer, le fait de lire d’autres articles sur ce sujet n’a fait que m’encourager à rédiger et dévoiler une partie de mon vécu. Et puis, cela entre dans la démarche de personal branding que l’on développe sur ce blog 😉 Voici donc 3 épisodes d’une année formidable que j’ai vécue à l’âge de 18 ans en Thaïlande.

Alors que je terminais mon lycée, j’ai décidé de prendre une année sabbatique. Ou plutôt, j’ai décidé de prendre ma vie en main. Je me suis dit, pourquoi ne pas :

  • Partir une année à l’étranger ?
  • Aller à la rencontre d’autres cultures, d’autres modes de pensées ?
  • Me construire tel que je veux l’être et non pas tel que la société le veut ?

J’ai ainsi pris la décision de partir un an avec le programme d’échanges interculturels AFS. Cette année, je l’ai passée en Thaïlande. J’aurais pu choisir d’autres destinations mais, …, il fallait en choisir une. Et quel choix ! J’y fus même bonze (moine bouddhiste) …

Ouverture : découverte de la culture thaïlandaise – juillet 93

Je vécu en Thaïlande une réelle année de rêve. J’y vécu de multiples expériences plus riche les unes que les autres. A mon arrivée dans ma ville, Surat Thani, je fus présenté à ma famille et mon école d’accueil. 2500 étudiants, tous thaïs, … mais je vous rassure, certains parlaient l’anglais et même parfois le français. Ce fut d’un grand secours parce que je ne connaissais que ‘oui’ et ‘non’, en thaï, en arrivant au pays du sourire.

On m’accueillit d’une façon réellement royale dans cette école, comme partout dans le pays. Les étudiants étaient plus charmants les uns que les autres. Ils voulaient tous me connaître, m’apprendre à parler thaï, me présenter à leur famille, … On m’invitait partout ! J’avais 18 ans, je ne comprenais pas toujours ce que l’on me disait, j’étais au bout du monde, et pourtant, j’étais très loin de me sentir seul. Je n’avais jamais été aussi entouré de ma vie.

Le premier week-end, je partis voir le tournage d’un ‘film publicitaire’. Des amies de classe, tournaient ce film pour promouvoir le tourisme culturel en Thaïlande. Dans les ruines d’un vieux temple bouddhiste, elles dansaient gracieusement. C’était superbe ! Je pense qu’une photo en dit plus qu’un long discours (voir plus haut) et je n’avais malheureusement pas ma propre caméra avec moi.
D’ailleurs, si jamais l’une de vous lit cet article mesdames les danseuses, et que vous êtes en possession du film, je suis preneur ;-).

Emancipation : défilé de mode – septembre 93

Defile de mode avec Patrice en Thailande Mon premier et unique défilé de mode en Thaïlande 😉

En septembre, mon prof de musique, m’a demandé si je voulais participer à un défilé de mode. J’étais surpris et amusé à la fois. Je me dis : ‘Pourquoi pas, ce sera une expérience de plus’. Nous étions 3 couples. Toutes les filles étaient de mon école mais les garçons venaient de l’université. (Je ne les ai d’ailleurs jamais revus par la suite.) Soit, je m’égare … J’y ai fait mon premier défilé de mode. Je vous rassure ce fut mon unique ;-).

C’était une très bonne expérience. J’y ai découvert un univers totalement différent du monde étudiant. C’était professionnel, ‘strass et paillettes’, j’ai dû y assumer mon image, … et puis, c’était la première fois que je me retrouvais seul sur une scène, ou presque, puisque nous étions deux, en couple. Voir tous ces gens qui applaudissent, c’était intimidant, paniquant et grisant à la fois.

Sagesse : je deviens bonze (moine bouddhiste) – février 1994

J’avais fait en décembre un stage de méditation au temple de Suan Mokkh, près de ma ville d’accueil. C’est un temple jardin qui comprend un centre international d’enseignement du dharma et de la médiation. J’y ai appris comment me relaxer, me concentrer et à méditer. C’était très riche ! Je vous le conseille sincèrement. Pouvoir se retrouver avec soi-même, à l’instant présent, est un réel moyen de relaxation. Encore plus important, c’est un moyen de relativisation par rapport à nos vies occidentales trépidantes et trop souvent stressantes.

Ce stage durait 10 jours. 10 jours durant lesquels nous ne pouvions pas nous dire le moindre mot. Nous pouvions nous sourire mais, pas le moindre mot. C’est important pour rester concentré sur soi-même et méditer. En tant que novice, je voulais vraiment appliquer le ‘règlement’ à la lettre pour apprendre à méditer.

Patrice devient bonze, moine bouddhiste Je deviens bonze, moine bouddhiste

A la fin du stage, j’avais appris comment méditer. Nous avions vu toutes les étapes. Mais concrètement, je ne savais toujours pas méditer. J’étais enchanté de mon expérience mais j’avais ce manque. Je voulais poursuivre ma pratique pour pouvoir méditer. J’ai donc décidé de devenir bonze (moine bouddhiste), durant une quinzaine de jours.

Conclusions : 3 étapes parmi tant d’autres sur une année

De ces 3 expériences, je ne peux vous dire laquelle était la plus intéressante, la plus riche. La méditation et le bouddhisme m’ont apporté plus de ‘sagesse’. Le défilé m’a apporté plus d’assurance en moi-même. Et la découverte de la culture thaïe m’a ouvert l’esprit sur le monde et tout ce qu’il a de positif.

Je me doute que je n’aurai pas de commentaires à cet article. Mais, j’espère que ce partage de mon expérience vous aura plus ;-).

PS : Cet article à été rédigé dans le cadre de la croisée des blogs.