Sélectionner une page

Wonder Woman ?

Maryline De Beukelaer, coach belge, nous raconte une histoire de reconversion réussie:
Elle s’appelle Catherine, elle a 41 ans et une vie de famille bien remplie. Psychologue de formation et forte d’une expérience de 15 ans de pratique dans l’accompagnement des enfants en danger, Catherine a vécu une reconversion heureuse. Sa vie professionnelle était jusque là consacrée à la reconstruction des enfants qui ont vécu le pire : les coups, les agressions sexuelles, la négligence, et l’absence de regard positif posé sur leurs existences.  Quinze ans à batailler pour « les sortir de là ». Un matin, c’est trop dur. Plus moyen. L’énergie est vidée. Quand on vit ses jours à contrer l’horreur, on perd un peu de ses nuits, aussi. Souvent. C’est à ce moment-là que l’idée d’une reconversion est née.

Retrouver l’énergie

L’énergie, maintenant, Catherine veut la mettre ailleurs : dans un environnement plus « léger ». Il est temps pour elle de passer le relais. Catherine quitte son job et est remplacée par une autre professionnelle motivée, prête, comme Catherine l’était 15 ans plus tôt, à donner toute ses forces pour ces enfants. Et il y en a eu des enfants que Catherine a aidé à se reconstruire, aux côtés des éducateurs et des éducatrices de l’institution pour laquelle elle a travaillé. Un bon boulot, bien réalisé, tout le monde était content de son travail.

Maintenant, elle a besoin de temps pour elle. Pour construire la suite de sa vie professionnelle. En un sens, sa reconversion est déjà lancée. Mais elle ne le sait pas encore. Elle veut de la légèreté et une part d’insouciance. Quelque chose qui la reconnecte aux enfances heureuses.

Explorer les pistes

Pendant un an, Catherine va réfléchir, explorer, réaliser quelque chose qui lui tient à coeur depuis son jeune âge. Et elle écrit : un bouquin dont seule manque aujourd’hui la dernière page. Parce qu’elle sait maintenant qu’elle peut le terminer. Du coup, elle n’a plus besoin de l’achever. Elle l’a fait. Et elle ne veut pas publier, ce n’est pas cela encore son choix de reconversion.

Tout au long de son écriture, Catherine s’est rapprochée de ce qu’elle souhaite vraiment donner comme impulsion à sa vie. Elle veut donner de la joie, de la simplicité, dans un contact léger et serein avec les autres. Et elle veut le faire en accord  avec ses valeurs. Des valeurs où le respect de l’environnement tient une place importante. Où les petits commerçants, les producteurs et les agriculteurs locaux tiennent une place de choix. La reconversion réussie passe par une bonne connaissance de soi et un respect de ses aspirations.

Et un jour : la révélation. L’IDEE. Elle s’inscrit en formation. Cours du soir : devenir glacière ! Elle veut vendre des glaces dans cette camionnette qui chantonne aux beaux jours une rengaine bien connue de nos oreilles. La voilà sa reconnection à l’enfance, dans la légèreté, dans le respect de ses valeurs. Tout en gardant le contact avec les gens. Un contact important pour elle, car elle ne s’imaginait pas abandonner cette partie de sa vie professionnelle.

Sous la surface : le plus gros morceau de l’iceberg

Pendant qu’elle rêve, Catherine agit aussi : cours du soir de glacière pendant deux ans, assortis de cours de gestion. Et le tout conjugué avec une vie de famille bien remplie et un « job » en attendant, pour contribuer aux revenus familiaux.  Sans oublier un emprunt pour financer l’achat du matériel et la construction d’un atelier aux normes de l’AFSCA. Puis il faut acheter une carte de commerçante ambulante, choisir les itinéraires, s’inscrire à la Banque Carrefour des Entreprises, payer les Lois sociales, la TVA, etc. C’est un package immense de démarches administratives et logistiques. Et puis, il faut bien faire un peu de marketing, à contre coeur, Catherine n’aime pas ça.

En dessert : une reconversion heureuse !

Aujourd’hui,  « Fleur de glace » (avec ce nom définitif choisi il y a quelques jours à peine) est  lancée et la camionnette s’apprête à tourner dans les quartiers. En hiver, ce sera les commandes de gâteaux d’anniversaire et de bûches de Noël.

Si je vous conte longuement cette aventure, c’est parce que je souhaite montrer que votre rêve à vous est aussi très certainement possible. Pas toujours facile, mais possible !

En cas de doute, un réseau de supporters aide. Un Coaching aussi. Il ne faut pas hésiter à conjuguer ensemble tout ce qui peut vous soutenir : les amis, la famille, le coach, la baby-sitter ou le coup de main de la copine, le repos, et vos multiples ressources, même celles insoupçonnées.

En coaching, je vous accompagne pour définir vos objectifs, les étapes, les moyens. Et aussi pour dénicher en vous ces ressources que vous ne soupçonnez peut-être pas. Vous pourrez mettre des mots sur le sens de vos actions, de vos souhaits, chercher les soutiens qui vous feront avancer, explorer vos aspirations, vos désirs, et retrouver l’énergie, si vous l’aviez quelque peu perdue.