Sélectionner une page

Vous réfléchissez à devenir indépendant complémentaire?
Avoir une activité complémentaire lucrative est très intéressant. Elle permet d’arrondir ces fins de mois, de s’épanouir dans une activité différente, de faire autre chose que ce qu’on fait toute la journée, etc. Mais un emploi complémentaire a souvent un prix. En vaut-il toujours la peine ? Pas nécessairement ! Tout dépend de comment vous montez votre projet et de votre motivation: voulez-vous vivre de votre passion un jour ou juste compléter vos revenus actuels?

En tant que coach en création d’entreprise, je suis très souvent sollicité par des personnes qui veulent être indépendant complémentaire.
Je leur propose un accompagnement sur mesure, qui pourrait vous intéresser également.
Voyons à quoi vous devez surtout faire attention.

Devenir indépendant complémentaire : pourquoi?

J’ai pas mal de clients qui génèrent des revenus complémentaires en tant qu’indépendant. Si les motivations différent d’une personne à l’autre, la plupart me disent « au départ, je cherche une petite activité complémentaire, juste quelques heures par semaine, car je suis déjà fort occupé. »

Mais que veut dire réellement « une petite activité complémentaire » ? Toute personne qui fait du commerce, sait cela : on cherche un 1er client, puis un 2ème, puis un 3ème, etc. Quand on les trouve, on est content et on essaye de les satisfaire au mieux. Si nos services ou produits sont appréciés, nos clients nous recommandent à  leurs connaissances et de 3 clients, nous en avons 6 ou 8. Tout cela si tout marche bien évidemment, mais c’est le but, sinon mieux vaut ne pas se lancer du tout.

Tout ça pour dire qu’il est impossible (à moins d’être très fort) de maintenir précisément le quota exact de clients qu’il nous faut : juste assez pour que notre activité complémentaire soit rentable et pas trop pour ne pas être débordé. Avoir une activité complémentaire est donc très aléatoire.

Donc question de départ: disposez-vous d’un volume d’heures disponibles à géométrie variable? Ou au contraire, souhaitez-vous limiter vos prestations d’indépendant complémentaire à un nombre très précis d’heures par semaine?
Cela paraît une question bateau, oui, mais c’est fondamental. Or tous ceux qui se lancent en parallèle de leur job, n’y pensent pas toujours.

temps a passer dans votre activite complementaire : aleatoire

Indépendant complémentaire: risque de surcharge

Beaucoup d’indépendants complémentaires m’ont avoué avoir beaucoup de difficultés à gérer leur nombre de clients. Pour se faire connaître, ils ont fait du marketing et de la publicité, souvent coûteuse. Les 1ers clients sont arrivés et ils n’ont pas su refuser les demandes, lorsque pourtant leur volume de main-d’œuvre disponible était à son maximum. Conséquence : des travaux parfois bâclés, des clients mécontents et un stress énorme. Stress qui s’ajoute au stress de leur vie « normale » (boulot principal, famille, enfants, etc.).

Car oui le risque est là. Le rêve peut vite se transformer au cauchemar, si on y est pas préparé. C’est notamment pour cela que de plus en plus de personnes font appel à moi en amont de leur lancement. Nous évaluons leur projet ensemble , en fonction de leur réalité de vie. C’est essentiel. Et l’oeil neutre que j’offre au travers de mes accompagnements sur mesure, leur permet de prendre du recul.

vous etes depassé ? surplus de travail ?

La clé: motivation claire et discipline de travail

Pour que votre activité complémentaire soit rentable et … plaisante (c’est quand même aussi le but, non ?), il faut bien réfléchir aux objectifs que vous poursuivez et vous y tenir, j’en ai déjà parlé. Mais aussi avoir une véritable discipline de travail.  Décider que vous consacrez autant d’heures par semaine à votre activité, pas plus, ni moins. Oser refuser, quand le travail demandé ne vous convient pas (pour différentes raisons) et bien gérer votre temps.

A défaut, vous serez vite dépassé par ce supplément de travail et … vous vous en mordrez les doigts. Car ne l’oubliez jamais, vous avez une vie à côté et d’autres obligations. Et parfois, le prix à payer pour devenir indépendant à titre complémentaire, est très élevé (disputes avec le conjoint, surmenage, problèmes de santé, etc.). Retenez-le : le trop nuit en tout !

Et encore une fois, tout dépend de votre motivation. Si par exemple, votre conjoint sait que vous vous donnez par exemple un an pour effectuer votre transition de carrière, il acceptera mieux que vous bossiez beaucoup à court terme sur votre projet.

Pour vous aider à aller droit au but et à bien ficeler votre projet, je vous recommande ma formation Entreprendre avec succès: le mode d’emploi.

En complément vous pouvez aussi lire:
– métier passion.